Au pair's mistakes

By Julie - jeudi, septembre 20, 2012





Today i wanted to share some very common mistakes i made while i was an Aupair in California a few years ago. 
Please don't judge, everyone is fine  ;) 


I)  By a lovely californian afternoon, Sarah* (12 nearly 13) asked me if she can go to her friend's house who lives two streets down to have fun in the swimming pool. 
I went there with her and since her friend’s nanny Maria (whom by the way wasn’t able to speak a word of English) was there, I made Sarah promise to keep her phone with her all the time and to answer as soon as i call. I left and I took a nap.

II)  One night, Dolly* (the mum), asked me to cook the roast meet that she bought earlier for dinner. I was happy to start the task! 
I love to cook and the kitchen was just big, and white, and awesome! 
Also, they’re real Californian so they never eat fat (fat is bad!). 
She gave me some directives: a sip of virgin olive oil, a tiny bit of salt and pepper then directly in the oven on a baking plate
Everything was fine until then…
I put the roast in the oven and turn it on. 
Meanwhile, I started to cut the vegetables, whistling happily, when I suddenly smell something burning. I had a quick look in the oven : can't see anything, smoke everywhere! 
I carefully opened the oven when the nasty, smelly smoke came straight into my face. Sh**! 
I quickly put on the cooking gloves and put off the roast meet, the olive oil was dripping everywhere! 
I grabbed some tissue to clean the oil in the oven, when the tissue suddenly burned! OOOppss.
I dropped it (by it i mean the fire ball) in the oven (thanks god it wasn’t on the wooden floor!). I ran to the sink, filed up some dish with water and threw everything into the oven. At this point my heart was pounding and i wasn't thinking straight. I thought about running outside screaming for help, but then i saw myself locked up in jail, accused to be a pyromaniac. 
The kitchen was just full of water and white smoke
I took a deep breath (or a hundred), cleaned everything and put the roast back into the oven (he wasn't burnt, i swear), in the right dish this time.
There were no witness of the massacre and the dinner was just fine. 

III)   Like I said earlier, the children used to go to summer school, which means I had plenty of free time. In the project to spend my three last weeks to explore California (oh yeah!), I plan on to have some extra money so I accepted a baby-sitting gig that someone propose a few days before (i still absolutely don’t know why).
It was for a little boy of 9 months old, he was cute and chubby and just plenty adorable. 
I'd forgot his name, so that’s one name that I won’t have to change for the story. 
So, I went to the lovely family’s house; the mum gave me some basic directives, saying clearly that “the baby’s wipes are in the bathroom next to the changing table”. 
It's very important, You’ll see.
“Okaaaaay, it’s gonna be alriggghhht” the only thing I learned to say with insurance. 
We played, we laughed, we read and then we ate. Logically, after all that came the time to change the baby’s layer.
While whistling, I took him to the bathroom (like I’ve done that all my life, ya know!), I laid him down on the changing table between the sink and the toilet (geography is important here).
I looked everywhere, no wipes. Hum. I looked down and I saw a cylindrical box on which was written "wipes". Ah! so they were there! I methodically cleaned the baby while winning the world records of apnea.
Everything is fine. I will be a good mother.
I put him down for his nap, then I went back to the bathroom and suddenly wanted to know more about those wipes. 
At this point, you know somethings wrong or what I’ve been writing makes no sense, right? 
Well, it wasn’t wipes for babies. It was cleaning wipes for the bathroom…

IV)   One day off school, I went with Sarah to Santa Monica. We played in the sand, build a castle (of sand, no time for a real one), eat ice-cream and did a lot of other things that good people do with children. 
Around 5pm, we decided to go back home to have some rest before running to the theatre to see a play in which was playing Jason*, Sarah’s brother, when I realized that I didn't remember where the car was in this six floor parking lot. lost. car. 
Sarah started to panic; I tried to keep her calm. 45 minutes later I started to panic. 
We ran up and down, like two lost dogs and kept pressing the car keys frenetically, just in case.
The parking’s keeper ask us to go with him in his crappy golf car to check carefully every floor.
He was laughing, saying that there was four divisions in the parking lot: north, south, east and west. So there were thousands cars. 
Then, I thought that maybe the car got stolen, which totally take of my responsibility, isn’t it?

Finally, we found it. 
Right where I left it.
The only problem was that I looked for 2 hours and 25 minutes and i didn’t have time to go back home anymore.
I hurry to Jason’s school, we entered discretely in the room but the show had already started. 
When everyone looked back to me, I suddenly realize that I might have had a terrible look. I spend the day at the beach, i had a sunburn on my face, my mascara was running down, my hair were dry and salty up in a really non-sexy bun. Those two hours running and looking for the car did some real damages. 
I wanted quickly to explain to everyone all my bad luck of the day, we will have share a laugh and everyone will get his attention back to the play… Instead, I just hide myself into the closest chair and didn’t see anything as I forgot my glasses.

To summarize, I abandoned Sarah, almost put the house on fire, clean a baby’s bottom with bathroom cleaning wipes and lost a car that didn’t belong to me. And I made it short… I could have explain the time i've been arrested! 

The names has been changed, scared they’ll get back at me.


Aujourd'hui, je tenais à vous raconter quelques unes des erreurs commises pendant que j'étais jeune fille au pair en Californie il y a quelques années. On ne juge pas.  

Mes déboires de jeune fille au pair 

I)   Par un bel après-midi, Sarah* (12 ans presque 13) me demanda si elle pouvait rejoindre son amie qui vivait deux blocs plus loin pour barboter dans sa piscine. Je l’ai accompagné sur place et, vu que la nounou mexicaine de sa petite copine était présente, je l’ai laissé sous la bonne surveillance de Maria (qui ne pétait pas un traître mot d’anglais). Non sans avoir fait promettre à Sarah de garder son téléphone portable sous la main et de décrocher aussitôt que celui-ci sonnerait, bien évidemment.
Je suis rentré et j’ai fait une sieste.

II)  Un soir, Dolly*, la mère de famille, m’avait demandé de cuisiner le rôti acheté plus tôt, pour le dîner. Je m’attelais à la tâche avec entrain. J’aime bien cuisiner et cela me faisait relativement plaisir de pouvoir gérer. En bons californiens, ils ne mangeaient jamais gras (le gras c’est le mal !). Elle me laissa donc quelques directives quant à la préparation : un filet d’huile d’olive, pincée de sel et de poivre et enfourner directement. Jusque là tout va bien.
Je place le rôti sur la plaque plate dans le four et allume celui-ci. Je découpe les légumes en sifflotant quand une légère odeur âcre vint me piquer les narines. Je risque un coup d’œil dans le four, y a de la fumée partout.
J’ouvre prudemment la porte de celui-ci quand un nuage puant et mordant me saute au visage. Merde.
J’enfile les maniques, je sors la plaque, l’huile coule partout.
J’éteins le four, j’attrape le rouleau de papier ménager et entreprend prudemment d’essuyer l’huile qui a coulé sur la résistance brulante du four quand le papier que j’ai dans la main s’embrase d’un coup ! Whoooshhh.
Je le lâche dans le four (heureusement, heureusement, pas sur le parquet en bois!). Je cours au robinet, remplis le premier récipient que je trouve et balance le tout bien au fond du four. A ce stade la cuisine était inondée et remplie de fumée blanche. 
J'étais à deux doigts de courir dans la rue en appelant à l'aide mais j'ai eu une horrible vision de moi derrière les barreaux d'une prison, incarcérée pour pyromanie. 
Je me suis calmée, j’ai respiré (une centaine de fois), tout essuyé, nettoyé et remis prudemment le rôti au four dans un plat adapté, cette fois. Il n’y a eu aucun témoins du massacre et le dîner c’est passé sans accros le soir venu. Ouf.

III) Comme je l’ai dit plus haut, les enfants allaient aux cours d’été. Ce qui signifie que j’avais énormément de temps libre. En vue des trois dernières semaines que j’allais consacrer à l’exploration de la Califonie (Oh Yeah !), je me dis qu’un peu de money supplémentaire ne ferait de mal à personne.
Je décidais donc d’accepter un job de baby-sitter qu’on m’avait proposé (allez savoir pourquoi) quelques jours plus tôt.
Il s’agissait de garder un petit garçon de neuf mois mignon comme tout (et vigoureux, pas du genre à se casser dès qu’on le touche, c’est très important je trouve).
A ce stade, j’ai oublié son nom, cela fait donc un prénom en moins à modifier pour l’histoire. Bref.
Je me rends donc au domicile de la charmante famille, la maman me donne les indications de base en me précisant que « ses lingettes se trouvent dans la salle de bain à coté de la table à langer. » Vous verrez, c’est important.
« Okaaaayy, it’s gonna be alrighhhhtt. Don’t worry » C’était la seule chose que j’avais appris à dire avec assurance. On joue, on rit, on lit puis vint le moment de manger. En poussant la logique d’un cran vint donc ensuite le moment fatidique de changer le lange de ce cher enfant.
Je l’emmène en sifflotant (genre j’ai fait ça toute ma vie, je ne suis pas du tout inquiète) dans la salle de bain, l’installe sur le coussin à langer qui lui-même se trouve entre le lavabo et les toilettes.
Je regarde partout, aucune trace de lingettes. Hum. Je jete un coup d’œil plus bas, au niveau du sol et vois effectivement une boite cylindrique avec écrit en rose « Wipes » (lingettes quoi). Ahhh ben les voilà ! Je nettoie méthodiquement le petit en battant un record d’apnée hallucinant.
Tout se passe bien. Une fois celui-ci à la sieste, je me rends à la salle de bain et par pur hasard, inspecte plus longuement le fameux paquet de lingettes. A ce stade-ci vous l’aurez compris ou mon récit n’a aucun sens, il ne s’agissait pas de lingettes pour bébé. C’était des lingettes nettoyantes pour salle de bain…

IV)   J’allais me promener avec Sarah à Santa Monica, un jour où elle n’avait pas cours. Nous avons joué dans le sable, construit un château (de sable toujours, pas le temps pour un vrai), mangé une glace et fait plein de choses que les gens bien comme il faut font avec les enfants. Vers 17h, nous allions reprendre le chemin de la maison afin de d’abord nous changer et ensuite de foncer à Pasadena pour voir la pièce de théâtre dans laquelle jouait Jason*, le frère de Sarah, quand je me rendis compte que j’avais perdu la voiture. Impossible de me souvenir à quel endroit du parking de 6 étages je l’avais laissée. Sarah paniquait, je lui dis de se calmer. Après 45 minutes, je paniquais aussi. Nous courrions à tous les étages comme deux perdues et je faisais frénétiquement fonctionner la commande automatique à tout va, ne sait-on jamais. Le gardien du parking nous fit monter dans sa saleté de voiturette de golf afin d’examiner minutieusement chaque étage.
Il m’expliqua hilare qu’il y avait quatre divisions au parking : nord, sud, est et ouest. Autrement dit des centaines de voitures. Ah. Bon.
Je commençais à me dire que peut-être elle avait été volée, ce qui dans un sens m’enlevait une grosse part de responsabilité, pas vrai ? Enfin au final, elle était bien là. Pile à l’endroit où je l’ai laissée. Seulement on avait cherché pendant 2h25 et on avait plus le temps de passer par la case maison.
On a foncé à l’école de Jason, on est entrées peu discrètement dans la salle de représentation où la pièce avait débuté. Quand tout le monde s’est retourné, je me suis rendue compte que je devais avoir vraiment triste allure. J’avais passé la journée à la plage, j’avais le visage rouge, le mascara salement dégoulinant, les cheveux desséchés et salés retenu en un vieux chignon pas sexy pour un franc et les deux heures de sprint incessant et de slalome entre les voitures du parking avait fait des dégâts irréversibles au niveau de mon hygiène corporel.
Je voulais expliquer brièvement à la foule nos dernières mésaventures, on aurait tous bien ri et ils seraient tous retournés joyeusement au spectacle. Au lieu de ça je me suis ratatinée sur un siège tout proche et je n’ai rien vu du spectacle car je n’avais pas mes lunettes.

En gros, j’ai abandonné Sarah, failli mettre le feu à la maison, massacré les fesses d’un bébé et perdu une voiture qui ne m’appartenait pas. Et ça, c’est pour faire court, j'aurai pu expliquer la fois où j'ai été arrêtée! 

Les prénoms ont bien évidemment été modifiés par peur de représailles*


Picture found/ trouvée via  



  • Share:

You Might Also Like

8 commentaires

  1. Ahahahahaha! You are so funny!!

    AuPair is definitely hard and the one who can say have never made a mistake is one pretty little liar!

    RépondreSupprimer
  2. AHAHA! That's hilarious!
    You literally made me laugh out loud :D

    RépondreSupprimer
  3. Je me souviens de toutes les bétises que j'ai faites aussi pendant mon année AuPair dans le Colorado en 2005. OMG!

    RépondreSupprimer
  4. AHAHAHA! Tu m'as bien fait rire! J'adore le ton maladroit mais sans dramatiser. Je kiffe vraiment ton blog.

    RépondreSupprimer
  5. OMG!
    I love you!

    Sorry... Is it too soon?
    ;)

    RépondreSupprimer