Thought on first date

By Julie - jeudi, août 02, 2012


*Causons rencards!





Hey les filles,
J’ai une question.
Imaginons un instant que vous rencontriez un garçon qui vous plaise (un peu ou beaucoup. Parfois on fait avec ce qu’on a, pas vrai ? Bref), imaginons toujours que vos petites affaires se passent plutôt bien, échange de textos (il LOL à toutes vos blagues), scrutage de profile Facebook (Il est cute sur ses photos et y a pas trop de filles autours de lui), cyber-stalking sur Twitter (Il ne s’instagram pas torse-nu dans différentes situations). Tout va bien donc… puis vient le moment fatidique du premier rendez-vous.
Les 30 premières secondes de pure joie après l’invitation sont retombées, on commence à stresser pour de vrai, pas vrai ?
Ou il n’y a que moi ?
La béatitude laisse vite place à l’angoisse la plus paralysante qui soit.
En général, c'est à ce moment bien précis que je dois me retenir pour ne pas gerber (Pour l'élégance on repassera, certes mais on est en situation de crise là,  je vous le rappel.)  
Ce qu’on appelle communément de manière tout mignonne avoir « des papillons dans le ventre » n’est qu’une grosse blague, en fait.
L’impression est plus proche d’une nuée de chauve-souris qui me pince les tripes.
Je ne compte même plus le nombre de rendez-vous annulés à la dernière minute au cours des dernières années.
Je me noie sous des divagations du genre :
Et si ça se passait mal ? Et si y avait des blancs aussi étendus que la banquise dans nos conversations ? Et si je ne suis pas celle qu’il croyait ? Et si mes mollets triplaient de volume  le jour J, juste comme ça? Et si je me mangeais un poteau dans la rue quand il me raccompagne? Et si je tombais de mon tabouret dans le bar ? Et si y avait mon ex pile dans le restau qu’on choisi ? Et pire que tout cela, si c’était un couillon ? Ais-je encore le courage d’être déçue par la race humaine ? 
Je suis peut-être complètement atrophiée du bulbe mais rien ne vaut une soirée en ptite culotte à la maison à la place.
Puis si on a vraiment envie de se flatter l’égo, en général on a toujours un ou deux (ou quinze) numéros dans notre répertoire qui s’en chargeront. Pas vrai ?
Alors vraiment, pourquoi s’infliger cette grotesque mascarade, ces ersatz d’idylles, quand on ne le sent juste pas?  
Au nom de la pression sociale ? Du conformisme ?  On passe pour une coincée de la raie dès qu'on ne se jette pas outrageusement sur le marché des célibataires...
Eclairez-moi !

Ps : Pour les réponses du genre « si tu penses comme ça, tu vas finir toute seule et ton cadavre sera dévoré par la souris qui hante ton appartement ma pauvre fille » mes amies s’en chargent déjà. Merci  

PPs : Et pour ceux qui préfèrent conseiller les sites de rencontres histoire d’y aller « plus en douceur », je ne pourrai poliment exprimer ce que je meurs d’envie de vous crier à la face   J
 


Hey girls,
I have a question for ya!
Imagine just for a moment you meet a guy that you like (a little or a lot. Doens't matter), keep imagining that your little romance goes well, texts (LOL at all your jokes), checking his facebook profil (he is cute on his pics and there not too much girls around him), cyber stalking on twitter, (he doesn’t put a thousand pictures of his feet on instagram). So everything is fine… then THE TIME is coming : the first date.
The first thirty seconds of happiness after the invite disappear as quickly as they came and we start stressing out, isn’t it?
Or is it only me?
The deepest paralysing fear is pushing the bliss away.
Most of the time, at this very moment, I have to stop myself from throwing up!
What we often call in a so cute way “having butterflies” is just a big joke indeed. The feeling is closer to a rush of bat in your (my) tummy.
I don’t even count the times I cancelled a date at the last minute those last years.
I’m drawing into all those rambling thoughts: if it’s all going wrong? If there is biiig looong holes between our conversations? If I’m not what he is expecting? What If I have a really puffy face the day I’m supposed to see him? What If I fall out from my chair in the bar?And worst than anything if he is not what i've expected? Do I have the strength to be disappointed by the human race one more time?

I might be a silly girl but I do prefer hanging out in my pyjamas at home instead (You know, just like girls do)
And if I really need to flatter my ego, there is always one or two (or fifteen) friends in our contacts book to do that, isn’t it?
So why inflicted myself all those masquerades who making me so anxious?
Can someone tell me?
Is it really that bad to not want to date?

Just to be clear, I want to find someone. I really do. I can't wait. But if I can cut off the all akward dating process, that would be just sooooo great.
So now, please, tell me, am I the only one??


P.S. : For all those people who are going to answer “If you think like that, you’re going to end up alone, and your dead body is going to be eaten by the mouse haunting your appartment, silly”, my friends are already telling me that. Thank you!





  • Share:

You Might Also Like

1 commentaires

  1. Ahaha! That post makes me laugh!
    I agree that dating can be awkward, but hey come on, you're gorgeous, smart and interesting i'm sure boys are fighting over you. And some might worth a chance. I promise!

    Lula

    RépondreSupprimer